Note De Prendre Soin De Soi

Difficultés pour être au top

Le dialogue - apparaissant ainsi multilatéral est le résultat saluant et désirable du système contribuant à la production effective des décisions définitives en ce qui concerne les directions de l'activité financière dans l'aire analysée en tenant compte des facteurs du risque.

Le système de la mesure de la liquidité doit quantitativement définir le besoin connu et potentiel des moyens liquides. Donc, la mesure de la liquidité doit se fonder sur l'analyse du flux des ressources, qui doit fixer l'heure et le volume des besoins potentiels dans le financement. On ne peut pas adéquatement mesurer la liquidité par voie du calcul des coefficients du voeu de bilan. Tels coefficients peuvent donner seulement les mesures approximatives de la liquidité.

Cependant on peut rencontrer rarement le modèle si idéal du client, particulièrement dans les pays en voie de développement. C'est pourquoi le procès du choix des clients demande la manifestation de la flexibilité et le jugement droit. Si le niveau révélé du risque est haut, il faut prendre telles mesures adoucissant, comme l'augmentation de la garantie, la poursuite des garanties et l'augmentation du dépôt des propriétaires de la compagnie au capital. Ces mesures sont particulièrement actuelles dans les pays en voie de développement, où l'information financière ou est incertaine, ou de celle-ci il est simple insuffisamment.

Ainsi, il y a un rapport serré d'information, qui peut être vite analysé et assure la crédibilité des résultats, ainsi que leur comparaison du Schéma des facteurs du risque avec les données des autres inspections de marketing ou avec les observations directes.

La gestion des risques ne représente pas l'ensemble des actions formelles, qui se réalisent dans un certain vide. En travaillant avec la direction linéaire, le travailleur préparant l'estimation, tente de définir le risque, minimiser et adoucir les pertes, où c'est possible. L'estimation du succès est liée à la réalisation notamment ces tâches.

La liquidité est une capacité à satisfaire la situation supposée et soudain créée du besoin des moyens liquides dans la compagnie. Le besoin des moyens liquides apparaît en conséquence du retrait des dépôts, l'arrivée du délai du remboursement (le délai de la maturité) les obligations, l'octroi des moyens selon les emprunts, comme selon nouveau, et la suite de la distribution des moyens selon de vieux emprunts. Le besoin de la disponibilité est satisfait aux frais de l'augmentation du volume des dépôts et les fonds empruntés, le remboursement des reconnaissances de dette devant la compagnie donnée, l'investissement aux titres avec le délai fixé du remboursement et la vente des actifs.

La liquidité insuffisante peut provoquer le déficit inattendu des instruments monétaires, qui doit être couvert par voie des dépenses extraordinaires augmentées, en provoquant alors la réduction de la rentabilité de l'institution. Au pis aller, la liquidité inadéquate peut amener à l'insolvabilité de l'institution donnée, du point de vue des obligations à court terme. D'autre part, la liquidité excessive peut conduire au niveau bas des revenus sur les actifs et par cela influencer défavorablement les paramètres du rendement de l'institution.

Les accueils le plus souvent utilisés de la mesure du risque insèrent le message simple, qui sert du début de l'information initiale. Dans lui se communiquent de divers volumes des actifs et les obligations, les taux de pourcentage selon qui peuvent être changés (sont établis sur nouveau. Ce message porte d'habitude le nom “le message sur la rupture des taux de pourcentage” (à cause des ruptures dans le temps du changement des taux de pourcentage sur les actifs et les obligations. Le remboursement des actifs et les obligations à de diverses périodes du temps dans le futur provoque une telle rupture (“”-gap) pour chaque période. En multipliant les changements hypothétiques des taux de pourcentage sur la valeur de la rupture, la gestion reçoit la mesure de la sensibilité des futurs nets-revenus du taux de pourcentage à la longueur de la période suivante temporaire, vers "la rupture" correspondante.